Prélude

Qu'on soit riche ou pauvre, on choisit rarement le cours des événements.
Dans le quartier voisin du nôtre
se trouve une ruelle que l'on surnomme "la ligne rouge" et qui sépare deux clans.
D'un coté il y a des femmes et hommes d'affaires prospères et de l'autre coté de la barrière il y a les autres, les va-nu-pieds que l'on préfèrerait ne pas avoir à coté de chez soi. Parmi ces derniers se trouvent trois jeunes femmes aux moeurs légères :

                                                      Topaze,

 

 

                                                 Émeraude

 

 

                                                     et Rubis.

 

 

Elles se sont approprié la ruelle pour en faire leur lieu de travail.
Le maire de la ville,

                                  Jalvert,

 


fait de son mieux pour que le calme règne entre les deux clans.
À la mort de sa femme, Jalvert a décidé de prendre en charge l'éducation de sa petite-fille

                              Natasha,

 

 

qui a hérité du caractère rebelle de son père,

 

                                  Junior.

 

 

Celui-ci aime beaucoup laisser sa trace partout ou il passe, peu importe le mal qu'il fait. Il ne pense qu'à sa prochaine transaction d'affaires ou à sa prochaine trahison sentimentale.


Sa dernière conquête est

 

                                 Saphir,

 

 

ou Lyzon de son vrai nom.
Lyzon est une ancienne amie des trois jeunes femmes aux moeurs légères. À la mort de son père, elle a hérité d'une grande fortune qui lui a permis de se sortir de ce milieu miséreux. Puis il y a

 

 

                                  Émile,

 

 

un clochard pour qui Lyzon avait beaucoup d'affection et envers qui elle entretenait probablement un amour secret. Junior, qui ne voyait pas d'un bon oeil la relation de Lyzon et Émile, décida donc de séduire Lyzon et de l'emmener avec lui à Paris,
croyant en vain qu'il pouvait être fidèle à une femme.
Lyzon en a eu assez de ses tricheries et, après cinq années d'exil,
 elle décida de revenir dans son quartier.

Entre-temps, Émile a pris sous son aile

 

                           Dalphine,

 

 

une petite fille abandonnée par ses parents comme un vulgaire chat de ruelle. Elle est aimée de tout le monde, des riches comme des pauvres.

Elle ne connaît pas encore Lyzon,  mais Émile a si bien su la lui décrire que Dalphine a l'impression de la connaître.

Tous les soirs depuis cinq ans, nous entendons une douce mélodie qui vient apaiser notre sommeil... il s'agit d'Émile, qui pense à Lyzon et qui lui chante son désarroi.  On appelle ce chant 

                                                          Le chant de Ruelle