Bordel de Vie 2.jpg

Préambule

 

 

Nous sommes au détour des années 70.

Le Vieux BarRiQue n’est plus ce qu’il était.

Après être passé par la prohibition,

la Grande Dépression,

le gangstérisme,

la drogue et la prostitution;

Monsieur Quentin a tout fait pour garder sa famille d’adoption près de lui malgré le taux de criminalité qui montait en flèche.

Seuls les individus louches ou perdus osaient s’y aventurer à leurs risques et périls.

 

À tour de rôle, les employés qu’il protégeait comme ses propres enfants quittèrent

Le Vieux BaRiQue pour assurer leur propre sécurité ou pour suivre leur passion vers un avenir peut-être meilleur ailleurs.

 

Quentin a toujours refusé de céder au chantage des caïds et des cartels qui se faisaient de plus en plus insistants en promettant une protection dite assurée par eux, ou encore qui lui offraient de transformer son établissement en un lucratif complexe immobilier.

 

Le vieux BaRiQue était au milieu d’un territoire convoité par plusieurs bandes organisées,

aussi bien en habit cravate qu’en jeans et veston de cuir.

Ils étaient tous aussi dangereux les uns que les autres.

Malgré tous les efforts pour garder son bar ouvert, monsieur Quentin a dû se rendre à l’évidence qu’il ne pouvait plus y arriver. Trop de souvenirs le ramènent en arrière,

Même si c’était devenu plus calme. La paix était revenue, mais, pour lui, il était temps de voir du pays ou peut-être même le monde. Pourquoi pas?

 

Il demanda donc à l’une de ses filles adoptives de prendre en charge la vente de son cabaret.

Le cabaret est appelé à changer de propriétaire,

peu importe ce qu’en pense la famille adoptive de Quentin.

Qui sera le nouveau tenancier du Cabaret?

Pour en faire quoi?

Et surtout quel prix sera-t-il prêt à y mettre?

À suivre......